Et si la coloration abîmerait le cheveu ?

Les premiers effets de la coloration sont négligeables, cependant lorsqu’on joue à décolorer et à colorer ses cheveux, les conséquences deviennent de plus en plus flagrantes. La plupart du temps, les cheveux deviennent secs et cassants. Il est alors naturel que l’on se demande si on a bien agi, si on a su choisir le produit adéquat pour colorer les cheveux ou si simplement le cheveu est déjà de nature sèche et cassante. Sans plus tarder, laissez-nous vous éclaircir là-dedans.

Des cheveux abîmés à défaut de produit de coloration

La conclusion hâtive dès que les premiers symptômes apparaissent est l’intolérance aux colorants. Le choix de produit de coloration peut ainsi contribuer largement à prévenir ses effets. En premier temps, le plus adéquat serait de choisir des teintures temporaires ou dites semi-permanentes. Elles ne contiennent pas de peroxyde ou d’ammoniaque, l’élément responsable de la pénétration profonde dans les brins de cheveux. La coloration ton sur ton constitue également un bon compromis entre l’alternative permanente et temporaire. Elle est également connue sous le nom de diacolor ou régé. La dernière est celle qui cause du tort à nos cheveux est la coloration permanente. Elle agit en dénaturant chaque molécule du brin de cheveux.

Des cheveux abîmés à défaut de soin après coloration

À la suite d’une coloration, notamment la permanente, les brins de la chevelure sont alors très fragilisés. Il convient alors de les chouchouter par des soins particuliers. On y attribue actuellement des shampoings, des masques capillaires et des huiles ou protections sans rinçages ; spécifiques à base de kératines et issus des végétaux. L’essentiel est aussi de les protéger contre toute attaque externe notamment, la chaleur des secs cheveux, le froid et les produits chimiques.

Les bons gestes pour une coloration douce

Au préalable de sa coloration, choisir un bon produit est déjà une large contribution. Dès que l’on souhaite se lancer, il faut toujours passer par une décoloration en trois étapes pour éviter que l’agression soit doublée. Au cœur de la coloration, tâchez de ne pas dépasser le temps de pose. Et enfin pour réduire l’agression ; espacez votre coloration à raison de 10 à 30 jours si possible.

Dans le choix de produit, repérez les agents nocifs des teintures, à l’exemple des composés azoïques et les PPD pour la coloration ton sur ton. Puis le révélateur, l’ammoniaque, le peroxyde d’hydrogène et l’oxydant pour la décoloration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *