Qu’est-ce qu’une dermite séborrhéique

Dans son étymologie le terme « dermite » l’apparente à une maladie qui s’attaque à la peau. Elle est dite « séborrhéique » étant donné que cela est relatif à un excès de sécrétion de sébum. La dermite séborrhéique est donc une maladie de la peau qui se manifeste par l’apparition des plaques rouges avec une desquamation sur les parties qui sont souvent sujettes à la production excessive de sébum qui soit atteint, notamment le visage et le cuir chevelu. En médecine, les gènes responsables sont des champignons qui profitent de l’immunité régressive du sujet pour proliférer. Pour plus de détail dans le thème, poussez votre lecture.

Épidémiologie de la dermite séborrhéique

C’est une maladie très courante chez une tranche d’âge de 18 à 40 ans ou des nourrissons de moins de trois mois. Elle atteint généralement plus d’hommes que de femmes. Ces dernières en ont pourtant des formes plus poussées autour de la ménopause. Traduit en statistique, 3 à 5 sur 100 personnes en seraient atteintes en France.

Il est toutefois à signaler que c’est une maladie chronique, mais non contagieuse et bégnine. Elle crée cependant une gêne durant la vie quotidienne du sujet.

Les origines de la dermite séborrhéique

Un champignon appelé Pityrosporon ovale ou Malessezia furfur se développe sur la peau à excès de sébum et crée une tâche rouge avec de la squame. Elle survient généralement en conséquence aux intolérances à des conditions extrêmes notamment l’hypersudation, l’humidité à cause d’une température élevée ou au contraire un froid exagéré. Il est à signaler que c’est un cas génétique estimé pour la moitié d’être humain, mais sans aucune précision sur le degré de celle-ci.

Souvent apparentée à la déficience de l’immunité, la dermite séborrhéique apparaît pour des personnes particulières. Il s’agit des personnes obèses, au cours de la grossesse, celles alcooliques. Elle est également plus récidive chez les personnes avec une hygiène corporelle insuffisante ou souvent exposée à du stress, de la fatigue ou surmenage.

Les symptômes de la dermite séborrhéique

La tâche rouge avec de squame blanchâtre ou jaunâtre est associée à du prurit au niveau du cuir chevelu, des racines des sourcils et entre le nez et la lèvre, les ailes du nez, les plis du pavillon, la conque des oreilles et les conduits auditifs externes. Chez les nourrissons, sa forme plus courante est l’érythème fessier.

Traitements de la dermite séborrhéique

Il n’existe pas de traitement contre son origine, mais simplement pour maîtriser le développement du champignon par une application sur la peau. À titre de prévention, tout produit qui tendent à agresser la peau est à bannir comme ceux à base de Sodiul lauryl ou laureth de Sulfate et les irritants. D’autres qui conduisent à la production de sébum sont également prohibés. Sur le cuir chevelu, l’usage des goudrons minéraux des kératolytiques ou des shampoings à base de pyrithionine zinc est conseillé. Les antiseptiques et antifongiques sont également efficaces, mais à des formes dénaturées ou imidazolées. En cas de récidivité ou inefficacité desdits traitements, il faut consultez votre médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *